LE PEUPLE LOUP

Le peuple loup

Irlande, Kilkenny, 1650.

Les affrontements entre Anglais et Irlandais font rage et dans ce petit village, le nouveau chef sans foi ni loi a décidé d'exterminer tous les loups vivant aux alentours, quoiqu'il en coûte...

Mebh, l'une des dernières Wolfwalkers (sorte de loup-garou celte), protectrice des loups et Robyn, jeune anglaise venue vivre ici car son père est un chasseur sous les ordres du terrible Messire Protecteur n'ont absolument rien en commun, on peut même dire que tout les oppose, et pourtant...

Ces deux enfants vont se lier d'une amitié indéfectible, plus forte que tout, plus forte que la violence et l'intolérance des adultes.

J'ai trouvé les portraits de ces jeunes filles vraiment intéressants.
La folie et la joie de vivre de Mebh, malgré la situation, est vraiment communicative. Quant à Robyn, son courage et sa détermination à faire entendre raison à son père m'ont particulièrement touchée.

Le peuple loup

Dans ce roman graphique, j'ai particulièrement aimé ce thème sous-jacent de la place de l'enfant dans un monde d'adultes, cette place ingrate que l'on a toutes et tous un jour ressenti, cette impression de n'être pas pris au sérieux car trop jeune pour comprendre, trop jeune pour prendre les bonnes décisions, trop jeune pour indiquer aux grands le meilleur des chemins. Mais est-ce-que la lucidité s'acquiert vraiment avec l'âge? Y-a-t'il un âge pour défendre une cause que l'on trouve juste? Y-a-t'il un âge pour être libre?

Le père de Robyn saura-t-il écouter sa fille et lui faire confiance?

Par ailleurs, bien que l'action se déroule il y a des siècles, elle est pourtant résolument moderne... Ce despote prêt à tout écraser sur son passage, et à réduire en cendres la forêt ne vous rappelle personne? Si hier, les hommes détruisaient pour des territoires, aujourd'hui, c'est au nom de l'argent. Pourtant, le résultat reste le même...

Enfin, j'ai particulièrement aimé le graphisme, les couleurs franches, qui mettent en valeur l'histoire à bien des égards. Le soin accordé au livre en tant qu'objet y est aussi pour beaucoup.

Ce texte et le film d'animation dont il est tiré ont à mon sens toute leur place auprès de nos élèves. Je pensais avant sa lecture qu'il serait parfait en 6e (le monstre, la métamorphose...) mais après réflexion, c'est en 5e que je le conseillerai. Vous pourrez y traiter des thèmes de l'amour filial et de l'amitié de manière très intéressante. Et le contexte dans lequel se déroule l'histoire correspond parfaitement à l'univers de ce niveau.

Bref, vous l'avez compris, j'ai beaucoup aimé Le Peuple loup, et je remercie infiniment Pika éditions pour l'envoi. Je ne peux que vous le recommander: pour vous, vos enfants, ou vos élèves!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire